02/11/2010

Mad about Mad Men

Ok elle était facile celle-là.

Donc je suis prise dans la folie Mad Men, cette série est excellente.

J'adore voir comment les gens vivaient, à quoi ressemblait le monde du travail dans les années 60. Comment cette période a été charnière pour beaucoup de choses, place des femmes, des noirs, des homosexuels dans la société américaine.

Je n'ai jamais été une passionnée d'histoire, mais les modes de vie à différentes époques me transportent... Et celle-ci me touche particulièrement car elle est assez proche pour avoir été vécue par mes grands-parents. J'ai l'impression d'en apprendre plus sur ma famille, même si en France et aux États-Unis les choses ne devaient pas être exactement les mêmes.

Le tout est réalisé avec une esthétique parfaite dans les moindres détails : tenues, décors, accessoires, voitures...

MAIS je ne comprends pas les "fans" de la série qui cherchent à s'habiller et se coiffer comme Joan ou Betty, qui veulent se procurer la même tête de lit que les Draper. Je veux dire, la mode des années 60 quoi ! S'habiller et se meubler comme nos grands-parents ??? Je comprends que certaines coupes de vêtements soient très chouettes, que certains accessoires soient "délicieusement retro" mais en total look je ne comprends pas. Qu'on les remettent au goût du jour, d'accord, avec une pointe de modernité, j'accepte, mais un trip du genre "c'était mieux avant", j'avoue que j'ai du mal à saisir.

Car oui, quand je vois Betty, je pense à ma grand-mère. Quand je vois les enfants de Don, je vois mes parents. Quand je vois les secrétaires de l'agence, je pense à mon autre grand-mère.

Autant à l'écran je trouve ça très bien fait et j'admire le travail accompli. Autant décorer comme ça chez moi, c'est pas possible. Pourtant je craque pour les robots ménagers au design année 60 et les affiches avec des pin-up, là n'est pas le problème. Quelques objets dans une cuisine pourquoi pas, mais une tête de lit, je trouve que c'est trop, c'est énorme ! Et puis je doute qu'à l'époque ils encadraient leurs publicités pour les accrocher dans leur cuisine ;-)

J'ai l'impression que ceux (enfin celles, plutôt) qui "s'habillent Mad Men" n'ont rien compris à la série... Qu'elles veulent revenir à une époque où on admirait la plastique des "vraies femmes" aux courbes généreuses. Mais bordel vous n'avez pas envie de hurler quand vous voyez le sexisme de ces années ?

Parce que l'esprit de la série, justement, ce n'est pas d'idéaliser les années 60 comme dans certains films. C'est de montrer que derrière les pin-ups souriantes des pubs, la société de l'époque était sexiste, raciste, homophobe... Et qu'heureusement tout était en train d'évoluer, et que les gens pouvaient mettre beaucoup d'espoir dans l'avenir.

À part ça je trouve cette série infiniment intéressante. Et Peggy Olson rules.

29/10/2010

Les chaussures plates, c'est la vie

Depuis le collège je souffre d'un trouble sévère : je crois que je suis trop grande. Alors que c'est même pas vrai. Un peu comme les anorexiques qui ne voient pas qu'ils ne sont pas gros (en moins grave bien sûr). Un genre de complexe de supériorité, mais au sens de l'altitude physique si vous voulez.

 

Ben oui moi j'ai poussé d'un coup pour atteindre le mètre 65 à 12 ans, et  culminer à 1m71 vers 14 ans... Et j'étais toute maigrichonne vu que tout ce que je mangeais était investi verticalement. Ça aussi, j'ai un peu tendance à croire que c'est un acquis, et que mes bourrelets ne font de moi qu'une "fausse maigre" et pas une vraie grosse en 38-40 de chez ELLE. Même si malgré tout je les trouve moches mes bourrelets, hein.

Bref, dans ma classe au collège, on me donnait entre autres le doux surnom de "grande saucisse", et à cette époque lointaine où la mode était aux chaussures compensées j'étais bien dépourvue de ne pouvoir porter que des baskets. Qui plus est il était hors de question que mes parents dépensent la somme que valaient les nike air, donc j'avais des adidas moches et puis c'est tout. Et le rayon enfant, pour les chaussures plates, quand tu chausses du 40 à 12 ans, tu oublies.

Donc, quand est arrivée la mode des ballerines, autant vous dire que  ça a été joie, bonheur et félicité. Vraiment ça a (presque) changé ma vie. Il y avait autre chose que des talons OU des baskets point barre. Bref qui que soit le responsable : MERCI. Surtout que depuis il y a tout un tas de modèles de chaussures plates pour femmes, c'est  tout simplement merveilleux. Je ne porte quasiment plus que ça, ou alors de tous petits talons de quelques centimètres. Et je suis heureuse, finies les séances de shopping frustrantes à mort dans les magasins de chaussures de mes jeunes années.

Dans le même genre, je remercie Zara, qui le premier a proposé des jeans à la bonne longueur pour moi sans que je sois obligée de débourser 500 F dans un Levi's (oui à l'époque on payait en Francs).

27/10/2010

Ok donc

j'ai dévoré "Comment je n'ai pas rencontré Britney Spears" d'Élise Costa.

J'ai beaucoup aimé dans l'ensemble. C'est un peu comme si Élise Costa se posait excatement les mêmes questions que moi, en mieux. Les mêmes interrogations, "pourquoi est-ce que la vie de Britney me fascine et m'intéresse autant ?", mais plus poussées. Et puis elle a la culture musicale que je n'ai pas...

Et elle connaît les frasques de Britney mieux que moi, vu que je m'y suis intéressée surtout à partir de février 2007. Cette photo où on la voit le crâne rasé et le regard profondément triste et perdu m'a vraiment interpellée.

Bien sûr, je me rappelle quand j'ai vu son clip "Baby one more time" pour la première fois à la télé, ça a été une petite révélation aussi. Puis ma petite soeur et sa copine ont passé des week-ends entiers à répéter la chorégraphie sous la fenêtre de ma chambre (pendant que je faisais mon "intello" et passais mon temps à lire sur mon lit, au grand dam de mes parents qui auraient voulu qu'au moins je lise dans le jardin. Nan mais lire dehors alors que TOUT LE MONDE peut m'observer, et puis quoi encore ?).

Bref tout le début du livre est un plongeon dans l'adolescence de notre génération, c'est toujours réconfortant de se remémorer des souvenirs communs genre "ah ouaaaaaaaaiiiiiiiiiiiis, je me rappelle". Même si cette période peut être difficile et pleine de mauvais souvenirs, c'est aussi une période très forte dans une vie...

Par contre il semble que tout le monde s'accorde à dire que Toxic est une super chanson qui a plus ou moins réhabilité la musique de Britney au yeux des mélomanes, mais elle est loin d'être celle que je préfère...

J'ai aussi apprécié que le début du livre montre qu'on peut aimer Britney Spears, et lire des sites people sans forcément être un gros beauf et avoir du recul par rapport à ça, et même une refléxion intelligente sur le sujet. Contrairement à l'époque de notre adolescence (celle d'Élise Costa, de Britney, et la mienne :-)), ce n'est plus la honte totale d'écouter de la pop, quasiment tout le monde admet avoir un dossier musical "guilty pleasure" dans un coin de son disque dur.

Sauf qu'en ce qui me concerne ce dossier est celui qui est le plus rempli, mais chuuuuuuuuuuut...

 

26/10/2010

Depuis quelques temps

quand je remplis un formulaire, quel qu'il soit, je coche la case "Madame". Pour diverses raisons, en particulier féministes, parce que j'aimerais qu'on ne demande plus aux femmes si elles sont mariées ou non à tout bout de champ. Donc qu'on arrête d'utiliser le mademoiselle qui selon moi ne sert à rien (et n'a aucune valeur légale soit dit en passant).

Et c'est fou le nombre de réponses que je reçois avec "Mlle Shane"...

Comme quoi on a beau cocher des cases, je me demande bien à quoi ça sert.

(sinon je m'amuse bien merci)

25/10/2010

J'ai l'impression

que mon nouveau moniteur d'équitation me prend pour un cas désespéré.

C'est très désagréable.

(je regrette l'ancien)

22/10/2010

Comment je n'ai pas rencontré Britney Spears

Je ne sais plus où j'ai entendu parler de ce livre en premier. J'avais été attirée par le titre, mais j'avais lu qu'en fait il ne parlait pas de Britney mais proposait un voyage dans l'Amérique profonde (ou quelque chose comme ça). Donc je n'avais pas cherché à me le procurer.

Puis Lyly June en a parlé. Et, en fait, Britney est bien dans le livre. En plus, j'apprends que l'auteure Élise Costa est aussi une blogueuse. Ce livre est définitivement pour moi !

Ni une, ni deux, je le commande, et malgré les grèves, je le reçois 3 jours plus tard.

Je viens de le commencer et pour l'instant j'adhère ! Je me retrouve tout à fait dans cette "génération Britney", j'ai moi aussi à peu près l'âge de Brit-Brit et j'ai grandi avec elle...

Je vous en reparle quand j'ai fini de le lire.

21/10/2010

Don't

À ne pas faire : prendre le train avec un eeepc, des écouteurs et des épisodes de Grey's Anatomy.

Vendredi dernier je me suis tapé la honte.

J'ai sursauté comme une andouille en faisant "han" quand Avery a fait tomber le plateau.

Et j'ai rigolé au moins une fois (je ne sais plus pourquoi).

À fond dedans j'étais.

06/10/2010

J'ai failli oublier

que la vie c'était des putain de montagnes russes, tant le calme plat régnait dans ma vie depuis un moment.

Et que toute bonne nouvelle se devait d'être compensée par une mauvaise dans un délai assez court. Question de karma tout ça.

Donc j'ai eu des bonnes nouvelles, passé des entretiens (youhou) et même eu DES propositions.

Globalement j'ai passé la semaine dernière dans le TGV à courir les entretiens. Et évidemment le week-end qui a suivi a été merdique. Et évidemment j'ai appris une mauvaise nouvelle lundi et j'ai reçu une remarque d'un des rapporteurs de ma thèse qui m'a grandement vexée...

Aujourd'hui j'ai digéré (à peu près), et les différentes propositions qu'on m'a faites tournent dans ma tête sans que j'arrive à prendre une décision.

Et bien sûr la mauvaise nouvelle implique que j'ai beaucoup de boulot...

16/09/2010

Dieu

Ça fait un moment que j'ai envie de parler de Dieu et de la foi. En effet, étant plus jeune je suis passée par des périodes de doute quant à l'existence de Dieu, me déclarant agnostique ou athée au gré de mes réflexions à ce sujet. Je n'ai pas été élevée dans une religion où l'autre, et plus j'ai grandi et plus je me suis retrouvée confortée dans l'idée que Dieu n'existe pas. C'est ma conviction.

Je pensais naïvement que la plupart des gens qui m'entouraient pensaient plus ou moins comme moi et que ceux qui pratiquaient le faisaient plus pour respecter des coutumes et des traditions, pour se retrouver en famille ou pour appartenir à un groupe que par réelle foi.

Je me demandais qui pouvait dans notre monde moderne croire en Dieu, connaissant un peu l'histoire des religions. Après croire en Dieu et appartenir à une religion sont deux choses différentes, je l'admets. Même si je pouvais le concevoir pour des personnes qui sont dans des situations un peu extrêmes (maladie, prison, etc.).

Et puis au cours d'une discussion entre collègues, autour de ce sujet, déjà je me suis rendue compte que beaucoup étaient croyants et plus ou moins pratiquants, et puis on m'a posé LA question :

"Mais si tu ne crois pas en Dieu, tu crois en quoi alors ?"

"Bah en rien..."

"Mais, comment tu fais alors ?"

Comment je fais pour quoi ? Je n'en n'ai pas besoin. Je n'ai pas besoin de croire en Dieu pour espérer avoir une vie sympa, tout en sachant que tout ne va pas me tomber tout cuit dans la bouche. Je refuse de croire que mon destin est déjà tracé, que tout est écrit d'avance. Je crois qu'on fait des choix, qu'il y a des opportunités qu'on peut provoquer ou non, et saisir ou non. Mais pas que tout repose sur la décision de quelqu'un ou quelque chose de supérieur...

Alors voilà, je ne suis pas sûre d'avoir saisi le sens de la question qu'on m'a posée. Et vous vous faites comment ? Parce que vraiment, cette question m'a interpellée...

15/09/2010

Racontage de vie

Encore et toujours.

J'ai donc une nouvelle voiture bleue comme mes yeux, plus agréable à conduire surtout sur autoroute que la précédente. Je suis quand même vachement fière de moi car j'ai géré la vente de la précédente et l'achat de celle-ci toute seule comme une grande. Le mec qui me l'a vendue m'a quand même dit, au moment où je regardais dans le coffre qu'il y avait bien la roue de secours, "il vous montrera comment on fait [pour changer une roue]" en désignant James...

Je viens de découvrir qu'elle n'a pas d'enceintes à l'arrière, je vais me renseigner sur les prix et les possibilités d'installation, et comme l'autoradio n'a pas de port usb, je grave des CD en attendant de décider si oui ou non je le remplace par celui que j'avais avant (si je le fais je ne suis pas sure que la commande au volant fonctionnera encore).

Grace à cette petite merveille j'ai pu retourner monter à cheval. J'avais une chance sur trois que ma séance de reprise après presque deux mois d'arrêt soit une séance d'obstacle (l'obstacle c'est un peu stressant en ce qui me concerne je peux tout déchirer comme tout foirer)... Et bingo, c'était donc obstacle, et on m'a mis une jument que je ne connaissais pas en plus. Une petite jeune en plus. Ça s'est très bien passé ! Le moniteur avait la pression, il avait insisté auprès du chef pour m'attribuer cette jument pour cette fois. Flattée je suis de sa confiance :D Mais il a annoncé qu'il part le 1er octobre pour faire une formation d'un an en DIF, plus que deux cours avec lui :-(

Et rien à voir, la semaine dernière j'ai eu ma dernière séance laser, cette fois j'ai bien supporté la douleur (tout ça est psychologique je vous dis). Je dois maintenant attendre 4 mois pour savoir si une ultime séance de retouche est nécessaire...

Je dois pas mal bosser pour la préparation de ma soutenance et je m'interroge sur mon addiction au net... Il se peut donc que je disparaisse quelque temps, pour cause de boulot, de sevrage et de retour à la vraie vie. Ou que je revienne pour cause de manque ! Mais j'ai quand même, après une journée de boulot, une vraie envie de m'éloigner des écrans, même si j'ai toujours une raison quelconque de m'y recoller... pour 5 minutes qui deviennent des heures.

08/09/2010

Mais oui t'es belle

Avant quand je disais à James "j'me sens pas belle" il me répondait "bah arrête de manger autant et surtout mets toi au sport c'est pourtant pas compliqué".

Et le tact bordel ?

Bref il semblerait qu'après 6 ans de relation il ait compris.

Maintenant il me dit qu'il m'aime comme je suis tout ça tout ça.

...

Mais.

Je SAIS que ce n'est pas ce qu'il pense.

 

 

Oui je sais, jamais contente, je suis bien d'accord.

 

 

Mais j'apprécie l'effort :-)

07/09/2010

Entre filles

Jeudi et vendredi dernier j'ai déjeuné avec trois collègues féminines. Ce n'est pas évident de se retrouver entre filles dans mon labo, où il y a un pourcentage plus élevé d'hommes.

Et bien je n'ai pas trop apprécié. Leur conversation a tourné autour de leurs grossesses respectives puisque l'une d'entre elles a eu un bébé en avril. C'est un sujet qui peut être intéressant, mais je n'avais rien à dire, je ne pouvais qu'écouter.

Ensuite il a fallu passer voir Claudine qui travaillait avant à la cafèt' et maintenant à la brasserie du CROUS, et Marisha qui travaille à la sandwicherie du CROUS. Je ne me sens pas à l'aise de socialiser avec la première personne qui me sert du café, aussi avenante soit-elle...

Je ne comprenais pas les autres doctorants qui préfèraient rentrer manger chez eux plutôt que de manger entre collègues. Ils ne devaient pas se sentir concernés par les discussions à table. La vie de mon labo m'intéresse (d'ailleurs entre filles j'ai appris avec qui a couché big boss...). Les détails de ce qui change quand on est enceinte moins.

Bref je trouve sympa qu'elles m'aient conviée, mais je ne le ferais pas tous les jours.

Je me sens plus dans la catégorie des (relativement) jeunes que dans la catégorie des femmes je crois. Ça me rappelle une conférence où j'ai été avec trois collègues, deux profs et un doctorant. Quand j'ai su qui irait à la même conf' que moi, je me suis dit "ouf il y a un autre doctorant, je ne serai pas seule avec des profs" et pas "oh non je suis la seule fille". Pourtant l'un des profs m'a fait la remarque pendant le voyage... Et c'est là que je m'en suis rendue compte. En même temps si je commence à me dire "oulala je suis la seule personne de sexe féminin dans cette équipe / ce groupe / ce bureau / à cette table" quand je suis au boulot, j'ai pas fini. J'y suis un peu habituée... C'est même l'inverse que je  devrais remarquer "tiens on est que des filles dans le bureau / à la pause café aujourd'hui". Mais je n'y porte pas tellement attention, c'est plus l'âge et les rapports hierarchiques qui font la différence à mes yeux...

D'ailleurs j'ai remarqué qu'au labo, je ne sais pas si c'est par hasard ou si c'est fait plus ou moins consciemment : il y a deux bureaux de doctorants, et quand je suis arrivée il y avait le bureau des maghrébins / musulmans et celui des européens / chrétiens. Sachant que ce ne sont pas les doctorants qui choisissent leur bureau, mais un responsable, pas toujours le même (directeur de thèse, ingénieur...) qui leur attribue une place selon les disponibilités. Et depuis un certain temps c'est devenu un bureau de mecs et un bureau de filles ! Et oui il y a de plus en plus de filles au labo. Étrange ce phénomène de ségrégation ! "On" se dit certainement que des gens qui ont des points communs "visibles" s'entendront mieux.

06/09/2010

Live my life

Un peu de vide et de rangement fait ce week-end. Un rendez-vous pour un diagnostique énergétique donné vendredi soir pour lundi matin. L'expert en avance et ça tombe bien. Le rendez-vous avec mon directeur de thèse qui était bien cet après-midi et non ce matin, ouf.

Renseignements pris auprès de mon conseiller financier afin d'obtenir un chèque de banque. Il me demande pourquoi j'en ai besoin et que je devrais prendre rendez-vous avec lui pour en discuter. L'impression d'être infantilisée et de devoir rendre des comptes. Cet argent je l'ai gagné je le dépense comme bon me semble !

Surtout en fait je déteste que tout soit prétexte à me refourguer leur dernier produit financier alors que je gagne à peine plus du smic, et aussi j'ai en travers de la gorge la façon (incompétente) dont ils m'ont traitée quand je suis passée de mon compte jeune à mon compte actuel. Donc merci mais non merci, ne mettez pas votre nez d'incompétent dans mes affaires ! Je n'ai pas 1h à perdre dans votre bureau, plus je ne sais combien de coups de fils pour récupérer les conneries faites pendant cette heure, avec des personnes plus que désagréables au bout du fil pour couronner le tout.

Bref j'espère l'esquiver (mon conseiller financier) et que les renseignements qu'il m'a donnés sont exacts et que j'aurai mon chèque sans souci (personnellement je n'en suis pas convaincue).

Et la rentrée a atteint sa 3e phase cette semaine, les élèves et tous leurs profs sont là, la cantine et les déjeuners entre collègues sont de nouveau à l'ordre du jour. Malheureusement pour cause de manque de rentabilité la cafet' ne rouvre pas ses portes cette année... À moins que les élèves aient la bonne idée et la bonne volonté de s'y coller.

Pour mes recherches d'emploi, je relance et je patiente que le site où je prends mes offres refonctionne, comme s'il me narguait dès que j'avais un soubresaut de motivation...

31/08/2010

Rentrée, phase 2

La semaine dernière c'était la réouverture du labo après la fermeture estivale. On était 3 pelés un tondu dans les locaux.

Cette semaine pas mal de mes collègues sont revenus. Et la semaine prochaine logiquement se fait la rentrée des élèves ingénieurs de l'école.

Si les autres années je trouvais un peu triste et déprimante la période où les locaux étaient quasi vides, cette année je la regrette déjà ! J'étais bien plus tranquille sans cette activité autour de moi.

En y réflechissant j'ai toujours bien aimé me sentir "la première levée". On dit que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, et je le prends dans ce sens là. Même si je n'aimais pas devoir aller en cours 6 jours par semaine, j'aimais le samedi matin au lycée, les rues presque désertes lors du trajet qui m'emmenait vers ma première heure de cours et la ville endormie.

De même penser que moi, je bosse alors que les autres sont en vacances est très déculpabilisant. Je me sens sérieuse et courageuse !

Mon directeur de thèse devait revenir aujourd'hui mais je ne l'ai pas encore croisé alors que nous avons des choses à nous dire, je suis impatiente. Il devrait avoir des nouvelles pour moi...

Je n'arrive déjà pas à tenir ma bonne résolution d'envoyer une lettre de motivation par jour, j'ai regardé un peu les annonces mais rien ne m'a grandement inspirée... Sur ce coup-là je ne suis absolument pas sérieuse. Allez, je retourne éplucher les offres d'emploi de ce pas !

30/08/2010

Mon butin shopping + photo

Je sais que vous trépignez d'impatience de savoir si j'ai trouvé ma tenue pour ma soutenance de thèse.

Et bien une fois de plus je suis très déçue.

Pas de Tara Jarmon à la Vallée Village, pas de Sinequanone à Val d'Europe, la City fermé...

J'ai essayé plusieurs modèles chez 1, 2, 3 mais aucune ne m'a vraiment tapé dans l'oeil et à 130-150€ la robe je veux qu'il se produise quelque chose...

Bref j'ai pris une robe à 40€ chez Camaïeu qui est très sympa mais donc pas dans une très belle matière.

Je vais continuer à chercher quand même.

 

CIMG3114.JPG